Ma Photo

Outils de recherche

Langues étrangères

Sémiotique

Livres

  • Marc Dugain: La Malédiction d'Edgar
    Ce roman fait revivre, à travers les Mémoires attribués à Clyde Tolson, adjoint mais surtout amant de John Edgar Hoover, lequel était à la tête du FBI de 1924 à 1972. Durant cette période, les dirigeants et autres grands personnages des États-Unis - tous morts aujourd'hui - ont été traqués jusque dans leur intimité.
  • Je suis le tigre sur tes épaules: Günter Ohnemus
    Vincent, jeune munichois de 17 ans, revient désemparé de son séjour aux États-Unis où il a vécu son premier chagrin d'amour. Passé ce sentiment d'échec, il rencontre Karen. Tous deux vivent une très belle histoire tant ils semblent unis par un lien aussi puissant que mystérieux. Mais le désir qu'ils ont de vivre un amour infini et tendre est menacé par l'ombre du passé. Le père de Vincent et la mère de Karen se sont aimés passionnément et l'un et l'autre s'efforcent à présent de séparer les jeunes gens.
  • Douglas Kennedy: Au pays de Dieu
    Voyage et rencontres insolites dans la «Ceinture de la Bible», le sud profond des États-Unis. Tableau du phénomène religieux qui frappe jusqu'à l'absurde une partie de la société américaine.
  • Elias Canetti: Auto-da-fé

    Elias Canetti: Auto-da-fé
    C'est l'histoire du savant Peter Kien, grand collectionneur de livres, qui ne vit que pour sa bibliothèque. Par faiblesse, il épouse sa gouvernante, femme ignorante qui s'empresse de le mettre à la porte et de vivre dans sa maison avec un amant. Son frère, qui est psychiatre, retrouve Kien dans le ruisseau, chasse les intrus et rend à son frère sa bibliothèque perdue: trop tard. Le savant devenu fou met le feu à ses livres et meurt dans l'incendie.

  • Boris Cyrulnik: Parler d'amour au bord du gouffre
  • Martin Winckler: Les Trois Médecins
    Pour devenir médecins - pour devenir des hommes - quatre étudiants et amis vivent plusieurs histoires à la fois: celle de leur formation, celle d'un grand amour, celle d'un engagement moral et politique, celle d'une profonde amitié. Des histoires comiques et tragiques. Des histoires où l'on vit pleinement et où, parfois, l'on meurt.
  • Josef Winkler: Quand l'heure viendra

    Josef Winkler: Quand l'heure viendra
    Dans un village de Carinthie un petit homme préparait à partir des ossements d'animaux abattus le brouet d'os à l'odeur putride dont on badigeonnait le pourtour des yeux, les oreilles, les naseaux et le ventre de chevaux pour les protéger des mouches, des taons et des moustiques. Cette étrange coutume sert de base à l'évocation du souvenir des morts que le village voudrait oublier. La question du triomphe de la mort et celle du mal sont posées, au travers de destins tragiques, sur un plan métaphysique et politique.

  • Paula Fox: Personnages désespérés
    Otto et Sophie vivent sans enfants dans une belle maison bourgeoise. Un soir Sophie se fait mordre la main par un chat errant alors qu'elle tentait de l'apprivoiser. C'est le début d'une série de petits désastres qui viennent gâcher leur vie.

Information

Sciences

Santé - Médecine

Politique: Suisse

Droits de l'Homme - Solidarité

Développement durable - Biodiversité

« «On observe des dynamiques de groupe dangereuses dès le cycle d'orientation» (Suisse) | Accueil | Voyage en voiture »

02.12.2004

Commentaires

Naibed

Quelle tambouille psycho-neuneu, comme savent si bien le faire les « sexo-lologues » !!

Une phrase a néanmoins particulièrement retenu mon attention dans cette hum ! « analyse » de Dominique Chatton:

Nous sommes dans une société du «J’suis comme ça». Dès qu’on est confronté à quelque chose d’un peu difficile à modifier, on en fait une nouvelle identité. On confond avoir une place dans la société et être dans la norme.»

Cliquer sur lien qui figure sous mon pseudo, et vous pourrez découvrir tout le mal que je pense de cette ... déclaration imbécile

JM

L'intervention de Naïeb et son prolongement sur son blog n'est pas très bonne, digne du café du commerce. En fait, elle fait partie de ces gens, trop nombreux à mon goût, qui ne comprennent rien du fonctionnement des disciplines scientifiques.
Les chercheurs se posent des problématiques qui émanent de l’observation. Ils proposent des hypothèses dans le cadre théorique donné (la psychologie en l’occurrence) et vérifient la validité de ces hypothèses par l’expérience (quand c’est possible) ou par l’observation clinique et les questionnaires. Les réponses aux questionnaires et les résultats des expériences validant ou invalidant l’hypothèse.
Cette démarche a ses forces :
-par le mode de pensée rationnel (le plus petit accord commun possible entre les humains) sur lequel elle se fonde, elle est en théorie compréhensible par tous,
-en confrontant les constructions théoriques que les chercheurs proposent au monde ils s’assurent de la validité de la construction théorique, ce qui lui confère une grande puissance heuristique.
Elle a aussi ses faiblesses parmi lesquelles :
-la limite de la validité des expériences (un modèle animal de maladie ne réagit pas forcément comme son homologue humain par exemple),
-la difficulté à appréhender les phénomènes subjectifs et la notion de sujet,
-la difficulté à penser et théoriser le monde mental.
Pourquoi les scientifiques collent-ils des étiquettes ?
Parce que lorsqu’on veut étudier un objet on est bien obligé de le définir et de s’y référer. Quand le scientifique dit objet il ne parle pas de la ou des personnes, il parle de la catégorie crée qui englobe une partie de la population.
Enfin l’introspection, même rationnelle, est antiscientifique car l’introspection ne permet pas la réfutation popperienne.
En conclusion je dirai, Naïeb, pour une scientifique (vous êtes ingénieure) les critiques que vous formulez la foutent mal car elles ne sont épistémologiquement pas valides.

Méryl

Point besoin d'être psy pour expliquer l'émergence d'un "mouvement" asexuel en Occident... Il suffit pour cela d'un peu de bon sens. L'explication, du reste, tient en fort peu de mots : "Trop de sexe tue le sexe", disait déjà Bataille. S'il eût jamais raison sur quelque chose, ce fut bien là-dessus.
Les âmes fières (car il en reste, miraculeusement préservées) ne peuvent que se révolter contre la déferlante pornographique dont on les abreuve de force depuis leur naissance. Dans ces conditions, la beauté devient acte de résistance, la pureté acte politique. Comment s'étonner, dès lors, de cette saine réaction, nullement réactionnaire, et à des lieues de tout puritanisme (en doutait-on ?), devant l'innommable médiocrité, l'offensive et offensante vulgarité de ce monde dit postmoderne, déserté par la poésie ?

JM

Il apparaît clairement que si Bataille ne s'est pas planté sur quelque chose c'est sur les notions de continuité / discontinuité (cf l’érotisme). Par contre il s'est planté sur le trop de sexe. Il est prouvé que pour la très grosse majorité des humains les stimulations à connotation sexuelles sont les seules à ne pas être assujetties au modèle psycho-hydraulique de Lorentz, c’est-à-dire à la saturation (un tas d’études convergent vers cette idée). Ceci s’explique si on considère que l’humain est poussé d’un côté à sortir de l’animalité et à avoir de plus hautes aspirations (ce qui irait dans le sens de ce que dit Méryl) et d’un autre reste un être vivant dont le but ultime en termes darwiniens est de se propager ses gènes (par la reproduction) ce qui le pousse à la trivialité. Comment trouver le bonheur et un équilibre quand on est pris dans de telles contraintes dans une société guidée par le populisme libéral qui flatte les plus bas instincts des humains ?

Méryl

" Ceci s’explique si on considère que l’humain est poussé d’un côté à sortir de l’animalité et à avoir de plus hautes aspirations... "

Sauf que l'humain est le seul animal sexuellement excessif... justement parce que l'excès le caractérise. La pornographie, les bordels et le kama sutra sont des inventions strictement humaines. Donc rien à voir avec l,animalité. Le sexe, chez l'humanité, ce n'est plus de la nature, c'est uniquement de la (mauvaise) culture.

sylvain meriaux

seule la création permet d'oublier le sexe tout en l'expliquant par la transe

Bill

Et la creation peut devenir des milliers de fois plus intense que n'importe quelle relation sexuelle...

Knives

"seule la création permet d'oublier le sexe tout en l'expliquant par la transe"

Oui, du moins pour ceux qui veulent l'oublier. Fort heureusement le sexe et aussi un acte de plaisir et d'échange, qui va au delà de préoccupations vulgairement reproductives.

Héloïse

Par "trop de sexe tue le sexe", j'entend là qu'il en deviendrait presque pénible. Qu'en pensez vous ?

Steve Terkens

"Déterminer les causes de l'asexualité" Voilà qui revient à lui attribuer une origine pathologique. Ainsi, on sera donc parvenu à trouver dans cette société aliénée de surenchère sexuelle un nouveau groupe à stigmatiser.
Hélas,le manque de recul conduit à inféoder les sujets d'étude à un contexte en rien naturel.
L'absence de sexualité ne constitue pas une énième identité sexuelle supplémentaire. Il est indécent d'assimiler l'être conscient qui se veut pur et maître intelligent de ses relents de bestialité aux déviants qu'une société pornographique a de toutes pièces créés.
L'avenir nous dira avec la fleuraison de toutes les perversions que seuls les asexuels ne seront jamais les agents de transmission des pires maladies.

lucas perrez

personnellement je suis d'accord avec la phrase "trop de sexe tue le sexe", être dès l'enfance noyé dans des images érotiques ainsi que porno,est,je pense,la raison pour laquelle je suis aujourd'hui ce que l'on considère comme "a-sexuelle".

Léo

A l'attention de JM,
d'accord pour la visée scientifique, mais si vous voulez être compris, juste deux choses : affichez clairement votre positionnement par rapport au sujet - volonté d'objectivité, méthodes employées, théories - (ce qui a été fait, mais trop tard, dans votre commentaire), expliquez sur quoi se base votre discours et évitez de prétendre à démontrer une quelconque vérité, par pitié. Ce ne sont que des discours, et ils sont BIEN SUR subjectifs et construits à partir d'autres discours. Mais dites-le, c'est tout. Prenez aussi en compte la construction culturelle qui régie nos comportements et qui peut être aussi abordée par le prisme scientifique comme le fait la sociologie ou l'ethnographie. Et ce deuxième aspect est loin d'être négligeable, surout lorsqu'on parle de sexualité.
Cette soi-disant objectivité (résultant d'un recul, d'une distance) que vous revendiquez au travers de vos méthodes est un leur. Enfin vous êtes au moins conscient des apports et limites de vos outils. Mais alors à ce moment affichez votre définition du sujet, à quel cadre elle se réfère, parce que le commun des mortels y voit forcément une catégorisation, une généralisation et une réduction pure et simple. Mais bon, ça, c'est toujours le problème des études scientifiques. Si vous ne connaissez pas, je vous conseille de jeter un oeil sur les Cultural Studies (discipline universitaire) et leur approche particulière.

K2.s

Il est à noter qu'il existe plusieurs types d'asexualité :

1) asexualité

2) biasexualité

3) homoasexualité

4) hétéroasexualité

A votre service ...

Quetzal

le jugement porté a la fin sur la vie de couple et l'appaisement de l'un, est assez choquant de la part d'un spy, voila une personne qui se "rétabli" et que vous culpabiliser de suite?? la relation se fait à deux, la génitalité de l'autre membre du couple peut très s'épancher ailleurs, si il y a amour, cela ne devrais pas poser de problème, le, ou la "libéré" pouvant très bien comprendre que son conjoint puisse aimé les fraise même si lui ne les aimes pas ;)
de plus le couple est une institution catholico-bourgeoise, une autre sorte de norme qui vien frapper toute la population de ses interdits. homo sapiens sapiens est bien plus joueur et complexe que cela, et c'est bien ce que certains se refuse de voir et d'entendre: des tartuffes..

Olive

si l'asexualité existe c bien surtout pcq elle ressentie comme telle, qu'on a pas le choix de la vivre en fait et qu'on s'oblige à la pratiquer intérieurement et à la vivre un jour mais ce n'est pas ce qui se passe pour moi, qui vit cela mais qui m'oblige à vivre autrement, à violer ce quelqu'un hors-norme sans que personne ne l'y incite: viol par soi-même... on y comprendrait rien si on n'y comprenait rien mais c clair, vous ne trouvez pas? j'aime des gens, je trouve beau des gens, j'ai plutôt tendance à tourner du côté des hommes mais le désir, lui, il n'est pas clair justement (je n'ai que peu de désir... je m'oblige à désirer...). Revendiquer une identité, effectivement, ce psy la décrit bien (ça n'a aucun intérêt et c'est un mouvement de mode). En revanche, vivre sans désir et s'obliger au désir, ce n'est pas la joie et c'est même le contraire (souffrir, faire souffrir...). La seule chose que j'aimerais savoir, comme le propose ce psy, c'est de savoir comment en sortir. Mais il apparaît que c'est une réalité même animale: alors, pourquoi changer? La revendication n'a aucun intérêt, mais on ne peut pas douter que l'acceptation des autres est importante (suffit-il peut-être d'expliquer la chose alors ça va). Merci pour cet article mais vos réactions sont un peu "nazes".

ma213zda

c187t

Elodie

Bonjour,

Je viens vous demander un peu d'aide... Je dois donner une lecon en 3ieme secondaire sur l'asexualité.
Seulement je n'y connais pas grand chose! Je me permets de vous demander un peu d'aide... si vous avez par hasrd des documents explicatifs ou autres ainsi que des témoignages meme anonymes pour que les élèves puissent mieux comprendre pourriez-vous me contacter...

Vous pouvez m'envoyer un mail, je préfère : Tchoupette09@hotmail.com

Merci d'avance

Elodie


Roussel-Graignic

Bonjour, on nait asexuel ou on le devient. Si on le vit mal, effectivement il peut y avoir des traitements psy pour essayer de changer ou l'accepter ou bien chimiques mais si on le vit bien et que l'on aquiert un équilibre à deux ou seul pourquoi en faire une montagne. Les médias font un tel foin de la sexualité qu'ils ont réussi à donner des complexes à des personnes à la sexualité plon-plon ou sans sexualité, qui le vivaient très bien avant et maintenant très mal. On est à l'ère de l'extase ou l'orgasme à tout prix. Chacun a son rythme et ses désirs.

W

Seul le commentaire d'Olive semble être en accord avec ce que j'éprouve. Les questions que l'absence de désir sexuel engendre sont pour moi très fortement liées au ressenti. Il est tout aussi vrai que j'évite de plus en plus de m'engager dans quoi que ce soit car je crains toujours la suite. C'est en cela que je trouve juste cet "auto-viol" qu' Olive évoque. Je ne comprends pas non plus ce besoin de revendication, de militantisme ou même de dénomination de cette "disposition d'esprit". La différence paraît conséquente d'une personne à l'autre. Le sexe s'envisage tout de même de manière bien singulière en fonction de chacun. Peut-être serai-je taxé de relativisme, mais il est difficile d'envisager quelque chose de global pour des êtres ayant chacun une temporalité corporelle, psychique et intime qui leur est propre.

pierre

Moi je suis sexuel et je prends des aphrodisiaques et je trouve que le sexe c'est bon! Voici un bon plan pour ceux qui veulent aussi des aphrodisiaques gratuits: http://isexy.idoo.com/gratis

Griffe

Réveillez-vous, les amis !

"AVEN", le point de regroupement des "asexuels", n'est rien d'autre qu'une secte de plus... Et pour preuve d'ailleurs : leur principe initial est qu'il faut accepter inconditionnellement un postulat non-vérifié et probablement invérifiable, selon quoi l'absence de désir pourrait être un caractère inné et non un caractère acquis, résultant en somme d'un parcours personnel. La seule "preuve" qu'ils avancent, du bien fondé de leur "croyance", c'est justement qu'ils y croient te qu'ils sont heureux.
Tu parles d'une preuve !

Après, comme toute secte qui se respecte, "AVEN" stigmatisera votre "intolérance et votre fermeture d'esprit" si vous avez le mauvais goût, non pas même de condamner, mais seulement de vous interroger pacifiquement sur la réalité de ce postulat de base.

Attention, donc... "AVEN" est un regroupement de doux dingues (pas très dangereux, cela dit), dont la raison d'être n'est que de militer pour un renoncement assumé... Pas glop.

El Styx

Commentaire en réponse à celui de Griffe :)

L'ami, il me semble être parfaitement éveillé quand j'écris qu'AVEN n'est ni plus ni moins qu'un site/forum permettant l'échange d'idées entre personnes qui ne se sentent en phase avec aucune orientation sexuelle, quelle qu'elle soit - intérêt zéro, point.

Puisque tu en parles, je serais sincèrement curieux de voir un exemple d'agression verbale de la part d'un membre asexuel à l'encontre d'un membre "dans la norme sexuelle" : de ce que j'ai vu d'AVEN jusqu'ici, les discussions sont toujours posées et les divergences d'opinion enrichissent les débats.

Enfin, tu le dis toi-même : « leur principe initial est qu'il faut accepter [...] un postulat [...] selon quoi l'absence de désir POURRAIT ÊTRE un caractère inné ». Cela veut seulement dire que les conversations chez eux partent la plupart du temps de cette (hypo?)thèse dont l'unique pilier de soutien est effectivement le sentiment propre des asexuels, leur expérience personnelle. Une preuve guère satisfaisante, dis-tu ? Ma foi, l'homosexualité n'existe que parce que les homosexuels sont là pour nous en convaincre, non ?

L'asexualité n'est en rien une "croyance". Il n'y a pas de rites, pas d'offrandes modernes par virement bancaire, pas même de pin's ou de bumper-stickers. Les membres d'AVEN discutent seulement de leur orientation, et ne militent que pour la reconnaissance de sa réalité !

Je cite la FAQ du site français : "Il n'y a rien de mauvais ou d'erroné à propos du sexe et des personnes qui ont des relations sexuelles. Le sexe est une magnifique chose agréable pour les adultes consentants qui l'apprécient. Si vous cherchez des asexuels qui soient anti-sexuels, vous serez probablement déçus. Etre asexuel ne signifie pas qu'on déteste le sexe, cela signifie seulement qu'on ne le recherche pas."

Pour ma part, je ne vois pas où est le mal. ;)

Tchou tchou

Étant de ceux qu'on qualifie (et me qualifiant moi même) d'asexuelle, je me sens concernée par cet article! Même si il est un peu vieux, mais tant pis, je donne mon avis quand même! J'ai survolé les commentaires, j'en ai lu certains... Mais dans l'absolu, je suis en partie d'accord avec le docteur machin-truc dont il est question dans l'article. L'asexualité ne peut en aucun cas être naturelle, l'être humain est fait pour se reproduire, comme tout animal! Et c'est donc très certainement d'origine psychologique. Mais si on part de là, quitte à en choquer certains, l'homosexualité l'est tout autant! De plus, j'aimerai bien qu'on me dise ce qui est effectivement naturel au sein de notre société?!

Et puis, les enfants sont, en règle générale, des asexuels, ce n'est qu'à l'adolescence qu'ils commencent à avoir envie d'avoir des relations sexuelles... Nous naissons donc asexuels!
Ensuite, d'après ce que j'ai pu lire, il y a une forte proportion d'asexuels chez certains animaux adultes...

Je ne considère pas mon asexualité comme quelque chose d'inné, malgré le fait que je n'aies jamais eu d'attirance pour les relations sexuelles. Je pense que ça vient de quelque part, mais d'où, je ne sais pas... Et je m'en fous! Peut être en me faisant psychanalyser pendant des années, je deviendrais "normale" à ce niveau là.. Mais je n'en vois pas spécialement l'intérêt!

Si les asexuels revendiquent la reconnaissance de cette orientation sexuelle, c'est justement parce qu'elle n'est pas reconnue comme telle! Allez dire à un homosexuel qu'il deviendra hétéro après quelques années de psychanalyse, je pense que même les hétérosexuels non-homophobes seraient choqués de tels propos! Pourtant, c'est peut-être la vérité!

Si les asexuels sont heureux comme ils sont, et même s'ils ne le sont pas (combien d'hétérosexuels ne sont pas heureux?), est ce que ça vous coûte tant que ça d'accepter le fait qu'ils existent et qu'ils ne sont pas plus psychologiquement perturbés que les homosexuels??

Zimou

j'aurais honte d'avoir écris une tel chose et d'avoir un tel jugement sans connaissance de cause @Griffe.

"leur principe initial est qu'il faut accepter inconditionnellement un postulat non-vérifié et probablement invérifiable, selon quoi l'absence de désir pourrait être un caractère inné et non un caractère acquis, résultant en somme d'un parcours personnel."

Mais pour s'inscrire sur AVEN et participer à la vie du forum, il n'y a ABSOLUMENT RIEN à accepté inconditionnellement! le site contient un définition de l'asexualité, et n'importe qui peux venir réagir face à ça! la plupart des inscris vienne parce qu'ils se reconnaissent dans cette définition, pas parce qu'ils l'acceptent sans condition, même si ça va de paire, c'est logique. le fait est que ce n'est pas parce qu'ils l'accepte qu'ils se définissent ainsi, mais que c'est parce qu'ils se définissent ainsi qu'ils l'acceptent.

"La seule "preuve" qu'ils avancent, du bien fondé de leur "croyance", c'est justement qu'ils y croient te qu'ils sont heureux.
Tu parles d'une preuve !"

c'est quoi cette affirmation de "croire" qu'on est heureux?! et toi, est tu heureux ou crois tu être heureux d'être Sexuel?! nous ne somme pas heureux parce qu'on croit l'être, mais parce qu'on l'est, et ce depuis des années! et tous les asexuels ne sont pas heureux car ça provoque certain problème chez certain couple! ainsi que de trouver quelqu'un qui nous corresponde quand on est célibataire, au même titre que les homosexuels devaient être parfois malheureux de ne rencontrer personne comme eu, faute de communauté.

"Après, comme toute secte qui se respecte, "AVEN" stigmatisera votre "intolérance et votre fermeture d'esprit" si vous avez le mauvais goût, non pas même de condamner, mais seulement de vous interroger pacifiquement sur la réalité de ce postulat de base."

c'est totalement faux, on est toujours ouvert à toute échange de point de vu pacifique! c'est d'ailleurs pour cela que certain d'entre nous accepte de faire des émission de télé, même si il y en a encore trop peu qui l'accepte, ce qui est compréhensible quand on voit des réaction comme la tienne. On a pas envie de faire face à sa dans notre vie de tout les jours. Le problème c'est pas qu'on est pas ouvert à faire des échange, c'est qu'on ne nous donne pas la possibilité de parlé et les journalistes font de tel articles sans donner l'avis des asexuels! Ensuite, nous "stigmatiserons" l'intolérance et la non ouverture d'esprit au même titre que les homosexuels le font quand des gens sont intolérant ou non ouvert à leur sexualité. et en réalité l'intolérance nous importe peu, tant qu'on ne nous dit pas que notre orientation sexuel n'est que bêtise pour être "à la mode", où dans ton cas, penser que c'est une secte. nous demandons simplement à être reconnu.

"Attention, donc... "AVEN" est un regroupement de doux dingues (pas très dangereux, cela dit), dont la raison d'être n'est que de militer pour un renoncement assumé... Pas glop."
encore un idiotie... l'asexualité n'est pas un renoncement! Je suis asexuel et le fait est que j'avais une vie très sexuel avec mon ex. l'asexualité n'est que la non attirance sexuel pour les autres. rien de plus. ce n'est aucunement un renoncement.
j'espère que j'aurais un peu rétablie les choses, car penser ainsi est vraiment aberrant.

Mona

Un avis perso parmi tant d'autres sur l'asexualité.

Chacun-e a le droit d'avoir ou pas des relations sexuelles.
La norme veut que tout individu "normal" doit en avoir.
Mais de même qu'il y a des personnes qui aiment les ananas et d'autres pas, il y a des personnes qui aiment le sexe et d'autres pas.

Perso j'ai eu une vie sexuelle riche, j'ai un enfant, j'ai été mariée. Mais franchement je me suis aussi souvent forcée pour faire plaisir à l'autre et pour être dans la norme imposée par la société. A présent j'assume le fait que la sexualité m'em......
Je suis asexuelle et fraznchement ravie de l'assumer.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Bienvenue


  • Code QR pour afficher ce blog sur son mobile.

Relation


  • Textbox Scroller


  • Monitor page
    for changes
        
       it's private  

    by ChangeDetection

  • Carte des visiteurs


  • Compteur
    Compteur de WebHits


  • Map IP Address

    Powered by IP2Location.com





  • Powered by IP2Location.com


  • Locations of visitors to this page


  • eXTReMe Non Public Tracker

Skypecasts

My Skypecasts



août 2009

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Archives (anciennes)


  • This free script provided by
    JavaScript Kit

Ici et maintenant


  • Berryjanvier



  • Phases de la Lune 

Cartes - Plans - Itinéraires - Guides

Sorties: international

Blog powered by Typepad